Et si on jouait... (11)

...la douce reconstruction d'un Royaume qui a remporté la victoire dans la guerre contre le Grand Ennemi, mais au prix de la dévastation ? 

Des millions de morts, une nature ravagée, la misère à tous les niveaux et dans toutes les villes. Le monde est exsangue, presque invivable, malade ; mais maintenant l'espoir peut renaître. Alors on incarne des chevaliers, des petits seigneurs et des dames, des prêtres et des magiciennes, et l'on fait ce que l'on peut pour que le renouveau se passe bien. On apaise les conflits qui se sont formés pendant la guerre, et qui avaient été étouffés par l'effort collectif. On retrouve les anciens savoirs, les technologies fabuleuses de nos ancêtres.

Un jeu dédié à explorer un monde post-apocalyptique qui guérit miraculeusement. Le Grand Ennemi était une sorte de seigneur du mal, et dans la tourmente les peuples se sont soudés ; imaginons jouer dans le monde gris et terne de Plagues, mais chaque jour le vent emporte un peu de cendre qui ne revient pas. La végétation reprend quelques couleurs, les fruits retrouvent peu à peu un goût sucré, les animaux se font de plus en plus nombreux, les nains se décalcifient. 

Au-delà du rôle de juges ou de bâtisseurs, qui occupe les personnages au quotidien, un jeu de contemplation, pour le plaisir de voir renaître le monde. Et pourquoi pas vers une société plus juste, où les orques, ennemis héréditaires mais héros de la guerre, pourraient pour la première fois vivre en harmonie avec l'humanité ?

Un cadre pour une campagne medfan, ou pour un jeu PBTA avec des actions inspirées des actions d'adulte de MonsterHearts - celles qui servent à régler les problèmes de façon responsable, quitte à prendre sur soi.
Ou encore, pour une partie de Prosopopée, en écrivant dès le début une liste de problèmes ?


Commentaires